Archives quotidiennes :

Cyclistes, pieds à terre ! (Mise à jour : barrière supprimée)

Ou comment déstructurer un axe « structurant » . Cyclistes, pieds à terre !

Le nouveau Plan Mode Doux qualifiait la piste cyclable du boulevard des Canuts (Lyon 4, Caluire ) d’axe cyclable dit « structurant ».

Soit.

Mais alors que depuis des années les cyclistes pouvaient effectivement profiter d’une belle continuité cyclable entre la Croix-Rousse et Sathonay, en empruntant la piste cyclable des Canuts puis la voie verte de la Dombes, ils doivent depuis quelques jours mettre pieds à terre à la traversée de la rue Coste et de la place Jules Ferry (Caluire).


Agrandir le plan

L’année 2011 commence bien pour le vélo À Lyon !

Les faits

La place Jules Ferry vient d’être entièrement rénovée. Pour fêter cela, les cyclistes parcourant l’itinéraire Croix-Rousse / Sathonay rencontrent désormais en amont de la place ceci :

Un panneau B40 (bleu circulaire à droite de la photo) qui notifie la fin de l’aménagement cyclable, c’est à dire la fin de la piste cyclable.
On remarque également au sol que la piste d’un bitume rouge disparaît « élégamment ».

Le cycliste, interloqué, décide de continuer sur le trottoir, comme il le fait depuis des années, dans le but de traverser la rue Coste pour rejoindre la place Jules Ferry, puis la voie verte.

Naïf ! Il ne pourra pas aller bien loin… Puisqu’il ne peut désormais plus accéder au cheminement cyclable parallèle au passage piéton matérialisé par des pictogrammes au sol, une barrière lui barrant le passage :

Un aménagement aberrant, les cyclistes mis devant le fait accompli

Résumons : un des itinéraires cyclables « structurants » du Grand Lyon oblige désormais les cyclistes à mettre pied à terre pour traverser une intersection et une place pourtant autorisées aux cycles depuis des années.

Nous nous trouvons devant un aménagement :

incohérent (panneau B40, barrière, et pourtant des pictogrammes vélo au sol fraîchement repeints !)

contraire à la loi ( l’article L 228-2 du code de l’environnement requiert la création d’ aménagements cyclables lors de la rénovation des voies urbaines, pas sa suppression !)

dangereux : À aucun moment les cyclistes provenant de Caluire et se rendant À Croix-Rousse ne sont avertis de la suppression de l’itinéraire cyclable. Ils suivent les inscriptions au sol en traversant les chaussées (rue Claude Baudrand, cheminement nouvellement peint permettant d’accèder à la place Jules Ferry, puis rue Coste) et se retrouvent bloqués au milieu de la chaussée rue Coste par une barrière non signalée les empêchant d’accéder à l’ancienne piste sur trottoir ! Seule solution pour se dégager : passer par le passage piéton et le trottoir… ce qui importune les piétons !

contraire À la charte vélo éditée par le Grand Lyon.

— et de toute manière incompréhensible : il suffit de rester à l’intersection 30 minutes (ce que nous avons fait) pour se rendre compte que les cyclistes effectuent naturellement un simple écart pour éviter la barrière et continuent leur route sur le passage piéton ! C’est bien simple : après avoir arrêté plusieurs cyclistes pour les questionner, pas un seul n’avait compris que la piste cyclable s’arrêtait et qu’ils étaient théoriquement passible d’une amende de 90 € en roulant sur le trottoir et le passage piéton… Lorsque l’incompréhension est à ce point générale, cela ne peut signifier qu’une seule chose : l’aménagement est « mauvais ».

Ce que la Ville À Vélo propose

La Ville À Vélo trouve inadmissible que l’on demande aux cyclistes de mettre pied à terre, qui plus est sur un itinéraire dit « structurant », alors que des solutions existent : ce n’est pas la place qui manque Place Jules Ferry.

La Ville À Vélo est une nouvelle fois désabusée de voir le manque total de considération des cyclistes aux yeux des aménageurs. Il est clair que rien n’a été étudié avant que l’ « on » ne prenne la décision de supprimer cet aménagement cyclable. « On » pose un panneau et une barrière, sans étudier un itinéraire cyclable de substitution, sans même laisser la possibilité au cycliste de se réinsérer dans la circulation (bateau + bande cyclable par exemple). Tant pis pour les vélos, ils n’ont qu’À se débrouiller, comme ils ont l’habitude de le faire…


La Ville À Vélo demande que l’itinéraire cyclable soit recréé rapidement, sous son ancienne forme ou sous une autre !

En attendant la suppression de cet aménagement inepte, des adhérents de La Ville À Vélo ont apposé des bandes réfléchissantes sur la barrière pour rendre cette dernière plus visible, et ainsi éviter que ce « nouvel aménagement » ne se transforme en piège à cyclistes la nuit tombée !

Nos contacts avec la mairie de Caluire

Nous avons contacté la ville de Caluire, dont la réactivité a été appréciable, même si la réponse ne nous convient évidemment pas.

Lire le courrier envoyé par la Ville À Vélo, le mardi 18 janvier 2011 :

Voici la réponse de la ville de Caluire, le mercredi 19 janvier 2011 :

«Monsieur,
En réponse à vos interrogations sur la piste cyclable, je vous informe que celle-ci sera reprise sur le trottoir du Bd des Canuts, côté chaussée. Le cheminement des piétons se fera le long des immeubles.
Le marquage se fera dès que le temps le permettra.

En ce qui concerne le maintien de la piste cyclable sur le passage piétons, cette solution ne semble pas convenir et semble être contraire aux exigences du code de la route.

Bien qu’un abaissement de trottoir existe au niveau du passage piétons, il ne doit pas servir aux cyclistes. Ces derniers deviennent des piétons pour traverser les voies. D’où la mise en place du panneau B40 et de la barrière métallique.

Quant à la zone en béton désactivé (direction station vélo’V) la piste n’a pas été matérialisée car ce plateau large est multi modes doux. Donc pour les vélos également.

Espérant avoir répondu à vos questions, je vous prie d’agréer, Monsieur, mes sincères salutations.»

La réponse est claire : les cyclistes doivent mettre pied à terre en traversant la rue Coste ainsi que le plateau « multi modes doux » de la place Jules Ferry où se trouvent pourtant des arceaux vélos et… une station Vélo’V !

Un deuxième interlocuteur de la ville de Caluire nous a renvoyé vers le Grand Lyon.

Nos contacts avec le Grand Lyon

– Envoi d’un mail le 20 janvier 2011. Aucune réponse.

– contact téléphonique le mercredi 26 janvier 2011 : le maître d’ouvrage a été contacté, pour « enquête ».

– Relance de La Ville À Vélo le vendredi 11 février 2011. Réception d’un mail nous signalant que c’est la direction des Grand Projets du Grand Lyon qui serait responsable de cet « aménagement ».

– Dans les heures qui ont suivi cette relance, la direction des Grands Projets, nous a envoyé ce courrier :

{ { «Bonjour,

M. … m’a fait suivre ce matin votre mail concernant les aménagements cyclables de la place Jules Ferry.

Etant chef de projet de cet aménagement, je souhaitais vous répondre aussitôt.
L’objectif de réaménagement de cette place était bien sûr d’accueillir le terminus de C1 mais également de faciliter les cheminements piétons et cyclables en amorçant la voie verte dés la traversée de la rue Coste.
Et comme vous l’avez remarqué, il y a eu des erreurs dans l’exécution des travaux : j’ai donc demandé À ce que la barrière soit enlevée dés la semaine prochaine, de même que le panneau fin de piste cyclable. Nous retracerons ensuite la piste jusqu’au carrefour avec la rue Coste, comme ça existait avant les travaux.
Concernant l’espace au droit de la station vélo’v, le projet a permis de le réserver aux modes doux en supprimant la station taxis et la voie VP. Je contacterai la mairie de Caluire pour voir si une réglementation permettant d’officialiser le passage des vélos est possible, mais il y a ici une amélioration par rapport à la situation antérieure.
La traversée de la rue Baudrand a également été améliorée par l’ajout d’un feu qui sécurise la traversée.
Il est également prévu de prolonger la piste cyclable dans l’axe du chemin du Penthod jusqu’À l’entrée de la clinique protestante, mais ces travaux ont été décalés pour laisser la place aux travaux de la clinique.

Je vous remercie donc de nous avoir prévenus de ces dysfonctionnements pour lesquels je vous prie d’accepter nos excuses. Soyez convaincu que l’objectif du Grand Lyon est bien de faciliter les déplacements en mode doux sur tous les projets qu’il réalise.

Je reste à votre disposition et vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

Direction des Grands Projets
Grand Lyon »} }

– La réponse de La Ville À Vélo, le même jour :

{ « Je voudrais en premier lieu vous remercier pour la réactivité dont vous avez fait preuve pour nous répondre avec précision, réactivité À laquelle nous sommes sensibles.

C’est avec soulagement que nous avons appris la prochaine suppression de cette barrière et du panneau associé.
Nous vous remercions donc pour votre intervention.

Cordialement,
»}

– Et enfin, le 16 février 2011, la Ville À Vélo reçoit la bonne nouvelle suivante :

«{Bonjour,

Je vous informe que la barrière a été enlevée ce jour ainsi que le panneau de fin de piste. Le marquage est commandée et sera réalisé prochainement (date à confirmer).

Cordialement.}»

Le panneau et la barrière ont été supprimés.
La preuve en photo :

– Et la réponse finale de la Ville À Vélo :
«{
Bonjour,

Bien pris note de cette bonne nouvelle, merci de nous avoir prévenu de cette suppression qui permettra aux cyclistes de circuler à nouveau normalement.

Cordialement,}»

Conclusion…

Nous ne savons toujours pas qui a décidé de placer cette barrière et ce panneau en janvier, et surtout {pourquoi}. Et nous n’allons pas pousser plus loin les « investigations », le résultat final étant bien là : grâce à l’action de la Ville À Vélo, les cyclistes caluirards et Grand Lyonnais peuvent de nouveau circuler sans entrave sur la piste cyclable du boulevard des Canuts.

Une petite note à l’attention de tous les cyclistes : si vous rencontrez un aménagement mal conçu, un petit ou gros désagrément qui rend vos trajets à vélo laborieux ou dangereux, ne pensez pas que cela soit une fatalité. Et n’acceptez pas ce qu’un automobiliste n’accepterait pas.

N’hésitez pas à vous inscrire sur le forum de la Ville À Vélo
pour nous décrire un mauvais aménagement et pour nous demander conseil sur la façon de procéder pour faire en sorte de le modifier en faveur des cyclistes !

Note : les noms de nos correspondants n’ont pas été mentionnés : nous ne pensons pas que cette information soit foncièrement utile.