Archives mensuelles : juin 2012

6 juillet 18h30: commémoration de l’accident survenu le 6 juin

Vendredi 6juillet À 18h30, une cérémonie commémorant l’accident mortel survenu le 6 juin dernier dans le bas des Pentes de la Croix-Rousse s’est tenue à l’endroit où ce drame s’est produit, au niveau du 12 rue Romarin.
Rappel des faits: ce 6 juin, une cycliste a été renversée vers 17h15 par un motard roulant très vite, en wheeling (sur une roue). La dame est décédée quelques jours après. L’équipe du Recycleur a installé un vélo blanc à cet endroit. Une plaque sera installée ultérieurement.

Article du Progrès :

«’Cest une cérémonie très simple mais empreinte d’une grande émotion qui s’est déroulée, hier, rue Romarin à l’endroit même où Christine Lelong, 54 ans, architecte mariée et mère de deux grands enfants a été renversée par une moto folle le 6 juin dernier.

Ce soir-là À l’angle de la rue Saint-Polycarpe, Christine, demeurant dans le vieux Lyon et qui venait d’acheter un vélo est percutée peu avant 18 heures alors qu’elle se rend à un rendez-vous professionnel. L’individu en cause sous l’emprise de stupéfiants comme le révélera l’enquête grimpe la montée à toute allure et en mode « wheeling », sur la roue arrière.

Malgré des secours rapides et des soins intensifs Christine Lelong décédera le 14 juin sans jamais sortir du coma. Le motard interpellé alors que des amis tentaient de dissimuler l’engin de forte puissance est actuellement en détention provisoire.

Ce sont les habitants des pentes et surtout les associations cyclistes rassemblées dans le secteur qui ont été À l’origine de ce rassemblement en présence de la famille et notamment de Michel, l’époux très ému de cette marque de sympathie d’anonymes révoltés par la « violence et la bêtise ».
»

Tourne-À-droite À Lyon : LVV questionne Gérard Collomb

La Ville À Vélo a envoyé ce jour À Gérard Collomb, Sénateur Maire de Lyon, une lettre le questionnant sur la future mise en place de tourne-À-droites dans les rues de la capitale des Gaules.

Rappelons brièvement ce qu’est un tourne-À droite, ou tout droit, qui se présente sous la forme de ces deux panonceaux :

M12a : Dans un carrefour à feux comportant un ou plusieurs embranchements à droite, ce panonceau autorise les cyclistes à franchir la ligne d’arrêt du feu tricolore auquel il est associé pour s’engager sur la voie située la plus à droite.

M12b : Dans un carrefour ne comportant pas d’embranchement à droite, ce panonceau autorise les cyclistes à franchir la ligne d’arrêt du feu tricolore auquel il est associé pour s’engager sur la voie située en continuité

Si vous souhaitez lire plus d’information sur le sujet, vous pouvez visiter la page dédiée sur le site internet de la Sécurité Routière ou cette page sur le site internet de la CUB, Communauté Urbaine de Bordeaux.

Voici la lettre que nous avons expédié sous forme numérique à la mairie centrale :

«Objet : question à propos de la mise en place du tourne-À-droite vélo À Lyon.

Monsieur le Sénateur Maire de Lyon,

Le décret du 12 novembre 2010 avait ouvert la possibilité au gestionnaire de voirie d’autoriser le tourne à droite pour les vélos quand le feu est au rouge.

Le panneau signalant cette possibilité aux carrefours a été officialisé par l’ arrêté du 12 janvier 2012, paru au journal officiel du 27 janvier.
Les avantages qu’apportent la mise en place du tourne-À-droite sont précieux pour la sécurité des cyclistes et le développement du vélo dans le cadre du Plan Mode Doux du Grand Lyon.

En effet, le tourne-À-droite :

améliore la sécurité des cyclistes : en découplant le flux des vélos de celui des véhicules motorisés, le tourne-À-droite réduit le risque d’accident lié aux angles morts des véhicules de grand gabarit (part très importante des accidents graves à vélo en France) ;

facilite la circulation des cyclistes, améliorant l’attractivité de ce mode de déplacement et contribuant ainsi à augmenter la part modale du vélo en ville ;

est simple, rapide et peu onéreux À mettre en place : un seul panneau de signalisation à fixer sur le mât des feux.

Dans toutes les villes où le tourne-À-droite a été installé À grande échelle, le constat a été le même, À savoir la totale innocuité de cette mesure pour les autres usagers de la voirie : le cycliste cède le passage aux piétons et aux autres véhicules avant de s’engager dans la rue de droite en aval du feu.

Bien des villes ont mis en place de façon massive ces tourne-À-droites en France. Pour n’en citer que quelques unes : Nantes, Bordeaux, Paris, et dans notre région Grenoble ou Bourg-en-Bresse ont toutes exploité cette nouvelle évolution du code de la route.

Chacun s’accorde à dire que le vélo en ville peut-être l’une des réponses aux problèmes sanitaires que pose l’importance de la circulation automobile. Le tourne-À-droite est l’un des divers outils permettant d’augmenter le nombre de cyclistes pour apaiser notre ville et la rendre plus saine tout en améliorant l’efficacité globale des déplacements.

La Ville À Vélo aurait souhaité connaître le calendrier de mise en place des tourne-À-droites dans la Ville de Lyon ainsi que le nombre de carrefours qui allaient en être équipés prochainement.

Dans l’attente d’une réponse de votre part, nous vous prions de bien vouloir agréer, Monsieur le Sénateur Maire, l’expression de notre haute considération.

Nicolas Igersheim,

Président de la Ville À Vélo.»

Et voici la version en PDF :

Nous vous tiendrons informés des suites de cette lettre.

Projection du film « Le jour du vélo »

Pignon sur Rue propose, dans le cadre de ses cafés cyclo-citoyens, la projection du film « Le jour du vélo » ou comment on utilise le vélo au quotidien (boulot, courses, transport des enfants…) au Quebec.

La projection sera suivie d’une discussion-débat.

C’est À 19h au Ravito.

Entrée libre.
Boissons à prix libre.

Réservation conseillée.

Toutes les infos ici : http://www.pignonsurrue.org/spip.php?article924

On peut prendre le tram avec son vélo depuis le lundi 4 juin.

En dépit des demandes répétées de La Ville À Vélo et des cyclistes lyonnais,
le préfet du Rhône et le président du Sytral se renvoient la balle pour éviter de modifier l’article 15 du règlement des TCL qui interdit les vélos dans le tramway, autoriser le vélo dans le tramway en dehors des heures de pointe. Comme à Montpellier, à Strasbourg, à Bordeaux, à Clermont-Ferrand, à Orléans, au Mans, à Mulhouse, à Nantes et à Grenoble…

 

Mais c’est À TOULOUSE ! 🙁

A Lyon, il faut encore transporter son vélo hors d’usage sur son dos


Lu dans la Dépêche

On pourra prendre le tram avec son vélo, À partir d’aujourd’hui lundi 4 juin.
Jusqu’ici, seul le transport de vélos pliés (mini-vélos pliants) était autorisé sur l’ensemble du réseau T.(1).. (métro, tram, bus).
Une mesure qui fait suite à la demande d’usagers et d’associations, notamment de l’association Vélo.

La montée à bord accompagnée d’un vélo s’effectue au niveau de la porte arrière de la rame du tram (dans le sens de la marche).
Il est recommandé de rester à l’arrière de la rame afin de ne pas gêner les voyageurs et de préparer la descente pour faciliter la fluidité lors de l’arrêt en station.

Les vélos sont bienvenus dans le tramway du lundi au dimanche en heures creuses sous réserve que la capacité de la rame soit suffisante.
Ils ne sont pas autorisés en semaine pendant les heures de pointe, de 7 À 9 heures et de 16 À 19 heures.
Le transport du vélo dans le tram est gratuit.

« C’est une demande que nous faisions avant même la mise en service du tram », rappelle (2), président de l’association Vélo, qui se félicite de cette décision « qui amènera une souplesse de plus pour les cyclistes et qui marche très bien dans des villes voisines comme Montpellier et Bordeaux ».

Montpellier, Strasbourg, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Orléans, Le Mans et Mulhouse, autorisent en effet déjà le transport de vélos dans le tram en heures creuses. À Saint-Étienne, il est autorisé uniquement le dimanche et les jours fériés, tandis que Nantes et Grenoble l’autorisent avant 7 heures et après 19 heures. À Lille, le transport de vélos est interdit « en cas d’affluence ».

Dans tous les réseaux, les vélos ne sont pas prioritaires, et sont admis sous réserve qu’ils ne gênent pas les autres voyageurs, rappelle-t-on à Tisséo. Il s’agit de limiter les conflits avec les autres voyageurs, en cas d’affluence, et avec les personnes en fauteuil roulant, poussettes, ainsi que les risques d’accident lors des freinages d’urgence (en moyenne un par jour selon l’exploitant).

La vitesse commerciale d’un tramway étant de 20 km/h, l’objectif n’est pas de gagner du temps sur le trajet mais de « rapprocher des cyclistes habitant loin du centre ou d’une station de tram », précise (2).
L’intérêt reste limité au tramway, seul mode de transport urbain acceptant les vélos.
Avec le prolongement de la ligne T1 vers Palais de Justice, d’une part (ligne Garonne), et vers l’aéroport (ligne Envol ou T2), l’opportunité sera étendue en 2014

(1) TISSEO
(2) Sébastien Boisvieux