ENCORBELLEMENT: l’exemple vient de Belgique.

Larges de 3 mètres chacune, elles ont été jugées nécessaires pour l’amélioration de la sécurité,
du confort et du cadre de vie des piétons et cyclistes et des habitants de ce quartier défavorisé (dixit la délibération municipale)
Pour un montant de 930 000 Euros, soit pour 2 fois 60 mètres, 7 750 euros du mètre. En extrapolant ce coût pour le pont de la Mulatière, une passerelle semblable coûterait donc 1,5 MEuros (190 mètres * 7 750euros / mètre)
De nouvelles passerelles pour piétons et cyclistes ont été réalisées de part et d’autre du pont de Laeken À Bruxelles pour un montant de 930 000 Euros, soit pour 2 fois 60 mètres, 7 750 euros du mètre, et pour le pont de la Mulatière, une passerelle À 1,5 MEuros (190 mètres * 7 750euros / mètre)
Deux passerelles de structure légère construites en respectant la vision vers le pont existant, récemment restauré.

Le tablier des passerelles suit le niveau du pont existant afin de conserver la hauteur nécessaire au passage des bateaux et afin d’assurer la sécurité des piétons en maintenant un contact visuel entre la voie de circulation et les passerelles.

Les passerelles sont constituées d’un arc de cercle en acier tubulaire auquel est suspendu le tablier du pont.
L’arc de cercle porteur s’appuie sur les piles du pont existant.
Des tirants fixés également au pont assureront la stabilité horizontale de la passerelle.
La finition du tablier des passerelles est réalisée en bois traité d’un enduit anti-dérapant (qui n’est pas durable… voir les Droits du Piéton)

A noter que pour le pont de la Mulatière, le chiffre de Un Million et demi pourrait certainement être minoré du fait de la nature du pont, contrairement au pont de Laeken dont il fallait épargner le tablier de pierre, il ne serait pas en total porte à faux, mais pourrait s’appuyer sur la poutre soutenant le pont.

Source: Bureau de controle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *