Pour une voie verte cours d’Herbouville

Le cours d’Herbouville est cet « autre » quai de Rhône,  sinistre autoroute urbaine, méconnue de la plupart des Lyonnais alors qu’elle est située à seulement 700m de la place des terreaux.

Le cours d’Herbouville sera réaménagé très prochainement : 1 million d’euro sera utilisé pour augmenter la valeur de ce lieu à haut potentiel, embellir mais aussi faciliter les déplacements par l’ajout d’une voie bus et d’une voie verte permettant une meilleure circulation des vélos : rappelons qu’à Lyon 74% des déplacements sont effectués à pied, à vélo ou en bus.

Au terme de la concertation qui réunissait un large cercle de riverains et d’associations (dont La Ville à Vélo) La mairie du 4ème arrondissement et la métropole ont retenu un scénario ambitieux créant une voie verte entourée d’une forte présence végétale. Cette annonce a été fort appréciée par tous ceux qui souhaitent voir notre ville se tourner vers le 21ème siècle. Elle s’inscrit dans la lignée des plus belles réussites lyonnaises de ces dernières années, qui ont entre autre propulsé  notre ville  « meilleure destination d’Europe pour un weekend » après avoir été considérée comme une ville noire et froide pendant longtemps. Parmi les multiples exemples, celui des berges du Rhône est sans doute le plus éloquent. Le résultat positif se fait donc sentir sur notre cadre de vie mais aussi et surtout sur l’image, l’attractivité et in fine l’économie de la métropole.

quai-sarail-apresquai-sarail-avantLe même endroit exactement, en 2016 et en 2002. source rue89. On comprend bien pourquoi Lyon est une ville considérablement plus attractive qu’il y a 15 ans.

Aujourd’hui, cette décision est contestée par un « collectif de défense des usagers du cours d’Herbouville », qui trouve excessif la surface de parking ainsi convertie en espace de vie. Ils préfèrent un cours finalement très semblable à l’actuel où les piétons et vélos marchent, non pas sur une voie verte, mais une sorte de « voie de parking » entourée de 2 files de véhicules en stationnement.

cours-dherbouville-actuelEn haut : Variante « voie verte » proposée par la mairie et soutenue par la Ville à Vélo.
En bas : Situation actuelle, semblable à la variante « voie de parking » proposée par le « collectif de défense des usagers du cours d’Herbouville ».

En tant qu’association de promotion des déplacements actifs, nous estimons que la variante choisie par le maire est largement préférable : entre circuler entre deux files de portières qui peuvent à tout moment s’ouvrir en travers du chemin et circuler sur un large espace entouré de végétation, tout le monde préfère la deuxième option.

Rappelons également que les ouvertures de portières causent 20% des accidents chez les usagers du vélo et qu’une personne roulant à vélo à 15km/h suivi par une autre personne en voiture peut espérer au plus 10 secondes avant qu’un dépassement ne soit entrepris, même là où l’étroitesse de la voie ne permet pas le doublement dans le respect de sa sécurité. Pour ces deux raisons la variante « voie verte » permet des déplacements plus sûrs et plus sereins que la variante « parking » où piétons et usagers du vélo circulent entre les voitures à l’arrêt et les voitures en mouvement.

Nous comprenons les craintes de ce « collectif de défense des usagers du cours d’Herbouville » et nous connaissons les difficultés à stationner des propriétaires de voitures. Mais les études de trafic que nous avons tous vu lors de la concertation montrent bien que les habitants du cours ont besoin d’environ 150 places, que le projet conserve même en variante « voie verte ». Si le cours est actuellement saturé, c’est parce qu’il sert d’arrière cours aux habitants du 1er, de la presqu’ile, voir de Caluire, qui garent là à l’année des véhicules dont ils se servent peu ou pas. La saturation est aggravée par les visiteurs de Lyon qui se garent sur ces emplacements gratuits au lieu d’utiliser les parkings payants de l’Opéra et des Terreaux. Le passage en zone payante du cours d’Herbouville, prévu en même temps que le réaménagement, va décourager ces deux usages et libérer les places à l’unique profit des riverains du cours qui bénéficieront de l’abonnement résident et pourront se stationner plus facilement qu’actuellement car ce qui compte quand on veut se garer n’est pas le nombre de place totales, mais bien le nombre de places vides – et utilisables!

Et si l’on ajoute un point de vue de « long terme », avec 10 460 habitants au km², résoudre le problème du stationnement à Lyon ne passe pas par la transformation de tous les trottoirs en parkings. Au contraire, résoudre le problème du stationnement, c’est d’abord permettre à ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de se déplacer sans voiture pour diminuer le besoin en véhicules.  C’est pourquoi nous disons « oui » au stationnement mais pas au détriment de la qualité de vie et surtout pas au détriment du confort de circulation à pied et à vélo. Nous enjoignons le collectif « de défense des usagers du cours d’Herbouville » à l’optimisme : les belles avancées des 15 dernières années montrent clairement une baisse du besoin en stationnement et laissent présager une sortie « par le haut » de la crise du stationnement, à condition que les efforts d’amélioration des cheminements piétons, du réseau vélo et de l’offre en transports en commun se poursuivent.

grand-lyon-frequentation-des-parkingsHistorique de fréquentation des parkings en ouvrage du Grand Lyon. La construction de places se poursuit tandis que le besoin en places ne cesse de diminuer : une bonne nouvelle pour tous les propriétaires de voiture de la métropole.

Personne ne sera donc lésé par le réaménagement, au contraire, les riverains du cours d’Herbouville sont les premiers bénéficiaires de cette amélioration de notre ville et de leur quartier en particulier. Nous espérons donc que que riverains, associations et municipalité parviennent à une solution qui reçoive l’agrément de tous.

Pour cela nous soumettons à tout le monde cette question : Que serait-il advenu si, il y a 11 ans, la pétition « contre la suppression de 2000 places de stationnement sur les berges du Rhône » avait obtenu gain de cause?

Chers lecteurs, soutenez avec nous David Kimelfeld, maire du 4ème (en écrivant à contact@lavilleavelo.org). Nous espérons qu’il tranchera en regardant vers l’avenir plutôt que vers le passé, et en fonction de l’intérêt général plutôt que des inquiétudes paralysantes.

13 réflexions au sujet de « Pour une voie verte cours d’Herbouville »

  1. Bonjour,

    Habitante du cours d’Herbouville, je suis pro vélo / bus / tram et autres modes doux. Malheureusement, ma profession, dite mobile, m’oblige à me déplacer plusieurs fois par semaine dans toute l’agglomération lyonnaise de Bron à Tassin, de Lentilly à Lyon 7… Toutefois, dès que cela m’est permis, je vais au bureau à pied ou en bus.

    Cet article introduit le cours d’Herbouville comme une « sinistre autoroute urbaine ». Le problème est bien là : le projet de réaménagement du cours ne prévoit en rien de limiter le nombre de voies de circulation ou la circulation ! Le projet prévoit une voie verte au milieu de cette autoroute urbaine alors même que le parc de la tête d’or est à 5 mn à pied. Quels sont les parents qui vont laisser leurs enfants jouer au milieu des 6 voies de circulation existantes et conservées ?

    La suppression du stationnement ne va pas limiter les nuisances sonores, la pollution et le trafic de cet axe. Nous avons besoin de garer nos voitures sur le cours d’Herbouville car nous n’avons ni parking en sous-sol (immeubles anciens) ni parc de stationnement à proximité. Nous sommes contraints de garer nos voitures sur le cours d’Herbouville car nous sommes coincés entre le Rhône, les pentes de la croix Rousse , le 1er arrondissement et Caluire. Nous avons également besoin de garer nos voitures pour utiliser les modes doux.

    Ce projet n’est pas ambitieux. Les modes doux ne sont encore pas suffisamment développés dans notre quartier pour remplacer les trajets en voiture ; en témoigne la modification de trajet de la ligne de bus C5 qui, depuis Juillet 2016, a vu son terminus raccourci de Bellecour à Cordeliers. Les deux seuls bus de notre cours d’Herbouville ont désormais le même terminus : Cordeliers. N’est-ce pas en totale contradiction avec la volonté de favoriser l’utilisation des modes doux ?

    1. Bonjour et merci pour ce commentaire!

      Ramener le cours d’Herbouville à 1 voie dans chaque sens et modifier le réseau de bus, voilà qui serait ambitieux! Vous proposer de limiter la circulation des voitures pour lutter contre la pollution de l’air et le bruit, c’est courageux, mais la mairie et la métropole pourront-elles vous suivre dans cette logique ? Si vous obtenez cela, ce serait une première.

      En attendant nous soutenons la variante de la mairie car :
      1) Les techniciens de la métropole ont démontrés qu’il restait suffisamment de places pour les riverains (dont vous-même) et que les places vous seraient attribués prioritairement via le stationnement payant, il n’y a donc pas lieu de craindre une aggravation de la situation. A noter que le contrôle du stationnement payant est devenu beaucoup plus performant suite à sa dépénalisation par la loi MAPTAM en 2015.
      2) La proposition améliore la circulation piétons, vélos et bus par rapport à la situation actuelle même si effectivement les enfants continueront à aller jouer au parc de la tête d’or.

      Sur le dernier point, le bus, notre association peut difficilement porter un jugement sur les choix financiers effectués par le SYTRAL. Nous pouvons néanmoins vous garantir à 100% que si le cours d’Herbouville et le quai André Lassagne sont correctement aménagés pour les vélos, se rendre à la place Bellecour par ce moyen de transport, y compris avec des enfants ou des courses, deviendra très facile.

      1. Bonjour monsieur, avez vous essayé de vous garer sur le cours d’herbouville un soir de semaine ?
        Il est bien facile de vouloir le bonheur des autres quand on est pas concerné.
        Moi aussi je préférerais ne plus avoir de circulation sous les fenêtres, et avoir qu’une piste cyclable… mais pour cela il faut aller à la campagne !
        Autre point en sortant du tunnel la logique pour aller au parc, c.est de prendre le pont et la piste cyclable en face.
        Ne prenez pas notre petit terre plein centrale pour les qu’ai du Rhône c’est vraiement pas comparable. Cette comparaison est ridicule, et prouve que vous connaissez pas le quartier, merci de m’indiquez ou vous habiliter et si vous possédez un véhicule ? Parlez avec franchise svp.
        Merci

        1. Bonsoir,

          Vous indiquez que les chiffres de la métropole en terme de stationnement sur le cours d’herbouville doivent nous rassurer. C’est tout le contraire ! Le comptage des besoins en places de stationnement et des voitures « ventouses » par les services de la métropole n’est pas représentatif de la réalité. Ma voiture fait partie des voitures ventouses comptabilisées puisqu’elle ne bouge pas chaque jour.
          De plus, j’insiste sur le fait que le cours d’herbouville ne peut pas être comparé à un autre projet (type quais du Rhône) car nous sommes coincés par la colline de la croix rousse et le Rhône. Je souhaite un vrai comptage des besoins en places. Il suffit de nous demander !
          Il est tout à fait possible de faire une voie vélo sécurisée et de conserver des places pour les habitants du cours.

  2. Bonjour et merci pour cet article mais qui est totalement faux malheureusement.

    Les chiffres communiqués par la mairie sont erronés. Le calcul des voitures dites « ventouses » a été réalisé en comptant les voitures présentes le matin et le soir, autrement dit les services de la mairie ont mesuré les voitures ventouses et le stationnement résidentiel !! (oui vous avez bien entendu ce n’est pas une blague).

    Autrement dit tous les lyonnais ayant été travaillé en transport en commun ou n’ayant pas travaillé ce jour là ou même travaillant en horaire décalé ont été comptabilisés comme « véhicules ventouse ». Légèreté, incompétence ou malhonnêteté à vous de vous faire une opinion … Sans faire de mauvais esprit j’aimerais que la mairie nous confirment qu’ils n’ont pas réalisé ce sondage un dimanche …

    Les places de stationnement nécessaires ne sont pas de 150 comme vous l’avancez mais se situe entre 300 et 400 places.

    Je vois par ailleurs que vous avancez la construction de parcs dans l’agglomération lyonnaise ….. Pourquoi ne pas mettre les chiffres de Rhône Alpes après tout ! Sur le cours d’Herbouville le chiffre est égal à zéro ! Le premier parc se situe à un kilomètre pour des tarifs exorbitants et élitistes.

    Le stationnement résidentiel est censé favoriser les déplacements à vélo ou en transport en commun or le projet de la mairie est juste de le supprimer pour les habitants du cours en ne leur laissant aucune solution de secours.

    Vous parlez de la réussite des quais du Rhône de la rive 3e / 6e / 7e étant moi même cycliste quasi quotidien je ne peux que me joindre à votre enthousiasme …. Mais il y a deux fois plus de stationnement que ce qui est prévu sur le cours d’Herbouville sur ces boulevards et les habitants ont des dizaines de rues où se garer contiguës à leur boulevard. Sur le cours d’Herbouville il y en a aucune (il y a une colline derrière je vous l’assure). Et de chaque côté du cours le stationnement résidentiel n’est pas permis car ce sont d’autres communes / arrondissement (j’ai bien regardé la carte je vous l’assure aussi).

  3. Entièrement d’accord avec ce dernier commentaire….Pourquoi faire une piste cyclable côté quai d’herbouville alors qu’il en existe une de l’autre côté du pont, une piste cyclable qui n’en serait d’ailleurs pas vraiment une et très accidentogène puisque partagée avec les Bus. Je suis furieuse contre notre maire qui ne tient pas compte de l’avis des riverains du cours d’Herbouville. La seule chose, importante à nos yeux, c’est de pouvoir stationner le soir en rentrant à notre domicile et la décision de cette piste Vélo/Bus le long de nos fenêtre nous prive de 50% de places de stationnement.
    Ecolo, je veux bien l’être mais je travaille hors de Lyon et tourner pendant plus d’un demie heure tous les soirs afin de trouver une place ne correspond pas tout à fait à l’image que je me fait de l’écologie. Je dis non à ce projet que je trouve absurde.

  4. Le plaisir de passer à vélo le long du cours est certainement extraordinaire,,,
    S’y promener en poussette également formidable ,,,
    S’installer sur un banc entre les voies automobiles aussi ,,,

    Soyez réalistes, pensez aux habitants de cette avenue qui galèrent déjà chaque soir pour trouver une place. Modernisez oui, car ce coin en a grandement besoin, mettez le parking payant, oui, mais conservez suffisamment d’emplacements car il n’y a pas d’autre parking à proximité.
    La participation des habitants à l’élaboration d’un projet comme celui ci doit être prise en compte,,, enfin c’est ce que disent les administrateurs de cette ville,,, Vivre un quartier c’est aussi le faire vivre .

  5. Bonjour monsieur, je suis surpris à plusieurs titres.
    Tout d’abord je ne vois pas votre réponse à mes questions, puis j’observe que plusieurs messages ont été supprimés, serait ce de la censure ?
    Le principe d’un blog est une forme de démocratie participative où chacun présente ces arguments.
    Ne pensez vous pas que nous pourrions trouver une solution permettant de faire cohabiter les places de stationnement et la voie cyclable comme c’est le cas sur un grand nombre d’axe à Lyon ?
    Je vous remercie pour votre réponse, et de ne pas supprimer ce message !
    Salutations

    1. Bonjour,
      Concernant les places de stationnement, des études ont montré que le passage en stationnement payant augmentait la rotation des voitures, et donc in fine le nombre de places disponibles à aménagement constant (http://isidoredd.documentation.developpement-durable.gouv.fr/documents/CETTEXST005322/CETTEXST005322.pdf même si ce document date un peu je le conçois). C’est d’ailleurs expliqué dans l’article par la fin du stationnement de longue durée par des gens qui n’habitent pas là.
      Ensuite, à propos du parc de la Tête d’Or, je pense que vous avez mal compris ce qui a été dit. Les enfants allant jouer au parc sont ceux qui habitent sur le cours d’Herbouville et qui ne vont pas aller jouer au milieu des voies pour voitures.
      Cordialement

  6. Un projet urbain de rénovation doit être novateur, peut être ambitieux, mais il doit nécessairement correspondre aux besoins des habitants qui vivent ce lieu. Par cela je ne vous apprend rien. Mais il semble, à la lecture de vos propositions que cette base éthique de l’urbanisme vous ait échappée. En effet si les souhaits exprimés par les familiers du quartier sont considérés par vous même comme des « inquiétudes paralysantes » la recherche d’une solution sera bien difficile.
    Vous parlez, vous écrivez, en effet, au nom d’un « intérêt général » que vous opposez à ces « inquiétudes paralysantes. » Cette approche est complètement erronée.
    « L’intérêt général » se doit d’être déterminé, il ne peut correspondre à une option morale ou à une approche partisane mais doit être l’expression d’une véritable entité, une réelle demande exprimée.
    Dans ce projet où se trouve t-elle ?
    Je ne vois que beau discours et belles photos …
    Sur quelles enquêtes locales basez vous votre « intérêt général » pour supprimer tant de places de parking.
    Avez vous déjà cherché une place le soir après 20h sur toute la longueur du cours ?
    Et encore heureusement il y a le quai A. Briant qui aide parfois …
    En effet, et vous avez raison, payant le jour, la zone sera moins sollicitée mais le problème de la nuit n’a pas été suffisamment pris en compte.
    Merci d’avoir écouté cette inquiétude qui n’a rien de paralysante mais au contraire cherche comme vous une solution de qualité, harmonieuse, végétalisée et vivante !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *