Archives du mot-clé fietshangar

Stationnement sécurisé des vélos

Mini-hangar à vélo sécurisé à Grenoble. Image Caroline Thermoz-Liaudy.

Les voiries publiques du Grand Lyon offrent 400’000 places de stationnement pour les voiture. Presque 90% de ces places sont mises à disposition gratuitement. Les habitants du grand Lyon, qui possèdent pourtant 430’000 places dans leurs garages, peuvent donc aussi laisser leur voiture la nuit à proximité de chez eux.

A côté de cela, le Grand Lyon, conscient des qualités du vélo, nourrit de grandes ambitions pour ce moyen de transport. 10’000 arceaux vélo ont été installés dans les vingt dernières années et 1000 arceaux vélo seront installés chaque année jusqu’en 2020. Grâce à ce rythme ambitieux le nombre d’arceaux vélos rattrapera le nombre de places de stationnement voiture sur voirie dans seulement 390 ans.

rue du général Plessier lyon 2Une rue normale à Lyon.

Mais laissons cela. Parlons de quelque chose de beaucoup plus embêtant : un vélo laissé la nuit sur un arceau à une espérance de vie qui se compte en jours (ou plutôt en nuits). Rappelons que la majorité des immeubles ne possède pas de parking vélo et que ceux qui existent sont généralement inutilisables et donc inutilisés. Complétons en disant que 20% des victimes de vol ne rachètent pas de vélo et il devient évident que la présence de stationnement sécurisé (box vélo ou parkings avec contrôle d’accès) est une condition nécessaire pour que le vélo deviennent un moyen de transport « normal », touchant un public plus large que celui qui est prêt à accrocher son vélo dans son salon après l’avoir porté dans son escalier.

vandalisme arceaux véloArceaux vélos dans le quartier part-Dieu.

De telles places sécurisés existent dans le Grand Lyon, au nombre de 905 exactement. Elles sont accessibles sur abonnement annuel pour 35€/an. Elles sont toutes situées dans les parkings LPA dont elles occupent 0.3% de la superficie.

Les élus avec qui nous avons abordés la question de la quasi-absence de places sécurisées nous ont fait savoir que la question était intéressante, mais qu’ils avaient déjà fait le maximum. Faire plus (par exemple aller jusqu’à dédier 1% des parkings LPA) serait extravaguant.

Nous avons donc mené une petite enquête qui nous a menés aux confins du monde connu, à savoir à Grenoble. La métropole des Alpes y a installé depuis de nombreuses années déjà différents types de stationnement vélo sécurisé.

Parmi leurs essais, la solution qui nous parait la plus intéressante est un mini-hangar à vélo, venu tout droit de Hollande où on le trouve dans chaque rue depuis maintenant 40 ans. Les hollandais ont retenus cette solution pour les avantages qu’apporte le mini-collectif :

  1. Plus économe en place et en argent que des box individuels, l’abonnement est donc bon marché pour ses utilisateurs.
  2. Pas besoin de surveillance contrairement à un « grand » parking, il suffit juste au gestionnaire de donner une carte magnétique d’accès aux 5 abonnés (le support peut être la carte TCL ou la carte OURA).
  3. Facile à installer sur la voirie : long comme une petite voiture (et moins haut), en tassant un peu il se glisse en douceur dans une file de stationnement automobile.

Il faut donc mettre en œuvre cette solution partout où les logements collectifs ne disposent pas de stationnement vélo (c’est-à-dire partout). Nous devons convaincre nos élus d’autoriser quelques-unes de ces boites au milieu des files de stationnement des voitures.

Nous proposons de leur montrer ces installations en conditions réelles, à Grenoble, sur invitation de la métropole de Grenoble.

Bonnington square, LondresBonnington square, Londres

Mais avant cela, il faut les convaincre qu’il y a vraiment de la demande. Par exemple Monsieur Sansoz, adjoint aux déplacements du 2ème arrondissement, est inquiet à l’idée de se mouiller avec un « gadget » et à besoin d’être rassuré quant à l’utilité d’une telle mesure.

Quantifier le besoin est donc la première étape indispensable. Merci, chers lecteurs, de remplir ce formulaire si vous avez besoin d’un tel parking en bas de chez vous… et si vous êtes prêts à payer un abonnement (a priori entre 35€ et 50€/an) pour mettre votre vélo en sécurité.