1. Vélo et santé – Retrouver sa liberté de mouvement

Le vélo, ce qui est dangereux, c’est de ne pas en faire !

Le vélo, ce qui est dangereux, c’est de ne pas en faire !

L’éminent professeur Jean-François Toussaint, membre du Haut Conseil de la Santé Publique, président de la commission spécialisée « prévention et déterminants de santé » a remis en décembre 2008, À la ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie Associative, le rapport d’orientation qu’elle lui avait demandé pour concrétiser le lien entre sport et santé.

Retrouver sa liberté de mouvement

Le titre de ce rapport est un cri d’alarme lancé par le corps médical.

La sédentarité croissante est assimilée à une épidémie qui frappe nos sociétés développées et qui impacte autant la santé physique que la santé mentale des individus. Le constat dressé dans ce rapport est accablant. Nos jeunes sont particulièrement menacés ; les fÅ“tus eux-mêmes sont touchés. Les propositions contenues dans ce rapport sont très concrètes : elles constituent l’armature d’un plan national de prévention par l’activité physique ou sportive.

La commission propose que l’aménagement de l’espace collectif soit conçu de manière à ce que chacun puisse facilement augmenter sa dépense énergétique par des activités intégrées dans ses pratiques quotidiennes. Pour ce faire, il est nécessaire d’amplifier les expériences facilitant l’usage du vélo partagé, accroître la sécurisation des parcours et multiplier les zones urbaines en limitation de vitesse À 30km/h, voire 20km/h dans certaines zones centrales, afin de faciliter la mixité d’usage et d’inciter à la marche et aux déplacements à vélo.

Les communes sont le lieu privilégié pour développer des mesures de proximité. Les mesures proposées se déclinent selon les thématiques liées à l’urbanisme et l’architecture d’une part, À la mobilité d’autre part.

– 1.1. : Aménager les espaces publics et les rues pour les rendre favorables aux modes de déplacement actifs (sécurisation, agrément, valorisation, promotion)
– 1.2 : Veiller à la mixité d’usage dans les quartiers pour inciter à la marche et à l’utilisation du vélo : proximité et accessibilité des commerces, services, équipements
– 1.3 : Intégrer la dimension « mobilité active » dans le cahier des charges des commandes publiques (révision des PLU, aménagements routiers, projets d’urbanisation, espaces publics…)
– 1.4 : Mettre en place un programme d’information et de formation destiné aux élus locaux et aux cadres administratifs pour les sensibiliser aux relations entre activité physique et santé.

Un défi à relever ensemble, notre avenir à tous en dépend !

Geneviève Laferrere.

Laisser un commentaire