Projet double sens cyclable entre l’av. du Maréchal de Saxe et le bd Marius Vivier Merle

Le 4 mai dernier, M. Laurent Peiser, 3e Adjoint au Maire du 3ème arrondissement délégué à la voirie et aux déplacements, avait convié La Ville à Vélo à la présentation de son projet «double sens cyclable entre l’avenue Maréchal de Saxe et le boulevard Marius Vivier Merle ».

En effet, beaucoup d’axes secondaires sont agencés en tête-bêche, ceci afin d’éviter que la circulation automobile ne se reporte dessus et les transforme en axes passants, donc dans un souci d’apaisement de la circulation dans ces secteurs. Problème : cette politique de circulation contraint aujourd’hui autant les vélos que les automobiles.

Ce projet, dont le début des travaux est prévu pour cet été,  sera donc le premier d’une série d’aménagements qui rendront possible la circulation des vélos en double sens sur ces axes en tête-bêche, afin de favoriser la mobilité active.

 

Les axes concernés et les aménagements prévus

Le projet concerne l’aménagement de l’axe rue Villeroy, rue d’Arménie et rue du Pensionnat, entre l’avenue de Saxe et le boulevard Vivier Merle.

Double sens cyclable villeroy

Les aménagements réalisés dépendront de la configuration des espaces (notamment la largeur des rues) mais prévoient dans tous les cas de dédier un maximum d’espace au vélo. Il y aura globalement trois aménagements-types :

  • sur les tronçons à sens unique de circulation automobile et assez larges : une bande cyclable sera tracée de chaque côté
  • sur les tronçons à sens unique de circulation automobile et moins larges : des pictogrammes vélos seront tracés dans le sens de circulation, ainsi qu’une bande cyclable dans le sens inverse
  • sur les tronçons à double sens de circulation automobile, il n’y a pas assez d’espace pour y tracer des bandes cyclables, le projet prévoit donc de tracer des pictogrammes vélos dans les deux sens. Une autre proposition est aussi en discussion, car la configuration serait idéale pour un type d’aménagement qui commence à se développer en France : le Chaucidou ou Chaussée à Voie Centrale Banalisée.

Chaucidou

Plus de détails sur les aménagements prévus dans le projet sur le Compte Rendu à télécharger.

Cette présentation a été aussi l’occasion d’évoquer la question de la pertinence du double marquage pointillé dans les bandes cyclables qui matérialise, le long des espaces de stationnement, une zone de sécurité pour l’ouverture des portières. On constate qu’ils sont souvent considérés à tort comme une extension des limites de l’espace de stationnement par les automobilistes qui se garent en empiétant sur cette zone de sécurité, ce qui réduit in fine l’espace dédié aux cyclistes. Mais c’est une norme imposée par le Grand Lyon en matière de sécurité des aménagements cyclables… A suivre !

En tout les cas, ce projet est très encourageant, et nous remercions M. Peiser pour son implication dans le développement de la circulation à vélo. Nous invitons également les autres arrondissements et les 58 autres communes de la Métropole à s’en inspirer et participer à cette dynamique !

2 réflexions au sujet de « Projet double sens cyclable entre l’av. du Maréchal de Saxe et le bd Marius Vivier Merle »

  1. La chaussée à voie centrale banalisée ne me paraît pas être une bonne idée. Ça me paraît aussi dangereux que la rue de Saint Cyr.

    1. Bonjour Teddy,

      Michael Bloomberg, Maire de New-York au moment entre autres de la mise en place de vélos en libre service, avait coutume de dire: In God I trust, all others bring data! J’ai foi en Dieu, pour les autres apportez des faits!

      Voici quelques faits et expériences glanées sur le site du CEREMA, c’est moi qui extrait les quelques lignes des documents dont je joins les références:

      En France, la dénomination « chaussée à voie centrale banalisée » a été préférée par la Direction technique territoire et villes du Cerema (ex-CERTU).Un rapport datant de 2010, intitulé  »Bilan des réalisations à l’étranger et projets pour la France », réalisé par Marianne Delsaut (DT Ouest) conforte l’existence -et l’utilité- des CVCB dans d’autres pays européens tels que l’Allemagne, la Suisse et la Hollande où l’aménagement est aussi bien utilisé en interurbain qu’en urbain. Il est également présent sur des voies dont le niveau de trafic est de l’ordre de 10 000 véhicules/jour. Le rapport recommande d’expérimenter une CVCB avec une vitesse réglementaire n’excédant pas les 70km/h.

      http://www.territoires-ville.cerema.fr/IMG/pdf/CVCB_roche_de_Glun_cle5636ee.pdf

      Les cyclistes se sentent plus en sécurité qu’auparavant et surtout ils se sentent à leur place sur la chaussée et mieux respectés. Aucune accidentologie n’a été relevée sur cet aménagement durant la période d’étude.

      Par conséquent, mais sans généralisation aucune, ce cas montre que la CVCB peut aussi avoir sa place dans des situations qui a priori ne semblent pas idéales (visibilité réduite et fort trafic)

      http://www.territoires-ville.cerema.fr/IMG/pdf/CVCB_Villequier_cle238793.pdf

      ➢ aucun accident sur le nouvel aménagement,
      ➢ réduction de la vitesse moyenne de 3,4 à 5,4 km/h au cœur de l’aménagement,
      ➢ cette réduction de vitesse est en partie liée à l’influence de l’aménagement sur la vitesse moyenne des véhicules qui sont croisés

      http://www.territoires-ville.cerema.fr/IMG/pdf/CVCB_Nantes_cle6ade3c.pdf

      Aucune situation mettant en danger le cycliste n’a été constatée. En l’absence de véhicule circulant sur la voie opposée, la phase de dépassement ne présente pas de risque particulier.
      Majoritairement, lors de situations de croisement d’automobilistes en présence de cycliste, le véhicule circulant dans le même sens que ce dernier glisse latéralement vers la rive et se cale sur la vitesse du cycliste pour effectuer son dépassement une fois que plus aucun automobiliste ne circule voie opposée. Dans ce cas de figure, aucune situation de tassement du cycliste avec un dépassement dangereux n’a été observée.

      Bon vent dans le dos.

Laisser un commentaire