Archives du mot-clé casque

Pour qu’Emmanuel Macron tienne ses promesses, (re)votez!

Le gouvernement organise jusqu’à la fin de l’année les Assises nationales de la mobilité : une grande kermesse dont l’objectif assumé est de faire passer les « promesses de l’Etat dont les modalités de financement ne sont pas claires » à l’état de « projets abandonnés« !

On imagine bien que tous les partisans de l’A45, Notre-Dame-des-Landes et autres donnent de la voix pour rester en lice!

C’est donc l’occasion rêvée de rappeler les promesses de campagne de notre président actuel :

  1. Participer au financement des aménagements cyclables en collaboration avec les villes, dans le cadre d’appel à projet « territoires cyclables »
  2. Finaliser les itinéraires EuroVelo français (à horizon 2020) et mettre en œuvre le Schéma national des véloroutes et voies vertes (à horizon 2030)
  3. Rendre systématique l’apprentissage de la mobilité à vélo à l’école primaire, avec une initiation à la mécanique vélo
  4. Abaisser la vitesse maximale de référence à 30 km/h en ville (le maire pouvant par arrêté maintenir le 50 km/h sur les axes principaux)
  5. Augmenter le plafond d’exonération de l’indemnité kilométrique vélo jusqu’à 385 € par an

Hélas, le temps a coulé depuis l’élection et il semble que sa mémoire soit défaillante. Aidez nous à lui rappeler ses promesses dans la consultation en ligne ! Il faut voter pour les propositions les plus intéressantes.

Nous vous proposons une sélection des  idées qui nous plaisent et que nous aimerions vous voir soutenir :

  • D’abord, notre contribution officielle
  • Les dix premières contribution du thème « favoriser les mobilités douces » avec le filtre « les plus populaires », qui parlent toutes de créer des pistes cyclables
  • Cette contribution qui parle de train+vélo
  • Ici pour ceux qui veulent parler du stationnement sauvage sur les bandes cyclables (toujours avec le filtre « plus populaires »)
  • Ici pour faire évoluer le code de la route vers une meilleure prise en compte des spécificités du vélo en tant que véhicule
  • Celui-là et celui-là parce qu’on aime bien les transports en commun

Il y a également une réunion publique à Lyon le jeudi 16 novembre de 18h30 à 21h, pour venir il faut s’inscrire ici ! Date maximum pour vous inscrire : dimanche 13 novembre.

Si vous êtes retenu au tirage au sort, merci de nous écrire pour nous informer de votre présence. 

L’idée est de rappeler aussi notre argument principal : les investissements dans les aménagements cyclables ont des taux de rentabilité socio-économiques plus de dix fois supérieur aux projets routiers habituels de l’Etat ! Non seulement ils facilitent les déplacements en ville mais le vélo quotidien tranquille est un remède préventif très puissant contre le cancer, les AVC, l’hypertension, la dépression, le mal de dos, l’ostéoporose, le diabète… Pour achever de convaincre vos amis du MEDEF, dites leur que les salariés qui viennent travailler à vélo ont besoin de 15 % de congé maladie en moins que la moyenne!

 

 

 

Communiqué de presse: la FUB demande des mesures plus pertinentes que le casque obligatoire

Communiqué de presse de la FUB :

La FUB attend de réelles avancées pour la sécurité des cyclistes : baisse des vitesses et apprentissage de la mobilité à vélo

La FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) demande depuis de nombreuses années que deux mesures soient adoptées pour améliorer la sécurité des personnes circulant en ville à vélo : généralisation de la ville à 30 km/h (à l’exception des grands axes pouvant rester à 50 km/h à condition d’être dotés d’aménagements cyclables de qualité) et apprentissage systématique du vélo à l’école avant l’entrée au collège. Ces mesures s’attaqueraient aux causes des accidents, alors que le casque ne peut qu’en limiter les conséquences, à condition d’être parfaitement ajusté. Le choix de porter ou non un casque, surtout en ville, doit rester libre.

S’attaquer aux causes des accidents en ville, sans en pénaliser la pratique

La FUB reconnaît qu’il y a des domaines de pertinence du casque – qui devient, pour rappel, obligatoire à compter du 22 mars pour les cyclistes de moins de 12 ans – mais en fonction de l’usage et du contexte et non d’une limite arbitraire d’âge. En effet, l’usage d’un casque est indispensable quel que soit l’âge dans trois situations : au stade de l’apprentissage, en compétition ou encore en pratique sportive à risque. La FUB souligne cependant que son obligation, outre le fait qu’elle ne s’attaque nullement aux causes des accidents (vitesse des voitures, défaut de maîtrise du cycliste), peut induire des comportements à risque chez des jeunes qui se croient ainsi à l’abri de tout choc. A l’inverse, cette obligation transmet aussi aux parents un message qui est faux : le vélo serait dangereux.

La FUB rappelle par ailleurs que dans les pays européens où la pratique quotidienne du vélo est beaucoup plus répandue (Allemagne, Pays-Bas, Danemark), il n’existe pas de mesure similaire à celle que vient de prendre la France.

Même si elle reste limitée aux moins de 12 ans, le message que sous-entends cette obligation aura inévitablement un effet dissuasif sur l’utilisation du vélo en ville, alors que sa pratique quotidienne donne une solution concrète pour remplir les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé d’une activité physique quotidienne pour prévenir les problèmes de santé liés aux modes de vie actuels et notamment à la pandémie de sédentarité. L’entrée au collège se faisant vers 11 ans, cette dissuasion arrive au mauvais moment dans l’évolution de l’enfant vers son autonomie, et pour son ouverture à une mobilité responsable non polluante.

La pratique du vélo : un enjeu majeur de santé publique

Le vélo n’est pas dangereux en soi si on sait en maîtriser les risques. C’est de ne pas en faire qui est dangereux en termes de santé publique, alors que progressent non seulement surpoids et obésité, mais plus généralement toutes les affections longue durée, plombant les comptes de la sécurité sociale. Ainsi les jeunes ont perdu pas moins de 25% de capacité cardiovasculaire par rapport à leurs prédécesseurs d’il y a à peine 40 ans : une véritable bombe à retardement. L’urgence est donc de faire marcher et pédaler une génération en addiction aux écrans, qui n’a jamais pris goût à l’activité physique quotidienne.

Pour permettre l’essor de cette pratique salvatrice pour la santé, la FUB appelle fortement la Sécurité routière et la collectivité nationale à s’attaquer aux causes des accidents à vélo en ville, sans pénaliser sa pratique.

CONTACT

Olivier SCHNEIDER président
Tél. 06 16 09 12 29       o.schneider@fub.fr