Archives du mot-clé Lyon

Réunion publique réaménagement du Pôle d’échanges Lyon Part-Dieu

La gare Part-Dieu sera très bientôt rénovée et agrandie.  Nous pensons à la Ville à Vélo que c’est une excellente nouvelle, car le train est notre allié.

Ce projet s’accompagne de la création d’une tour de 43 étages. Nous pensons que c’est une bonne chose : mieux vaux construire au milieu de Lyon, bien accessible à vélo et en train, plutôt que dans une zone d’activité au bord d’une autoroute.

Ce projet est soumis à enquête publique. Une réunion à lyon Jeudi 5 octobre 2017 à 18h30 à la Bourse du Travail. Seront présents :

  • Laurent Wauquiez, président de la région
  • David Kimelfeld, président de la métropole
  • Georges Kepenekian, maire de Lyon

Bref, tous les gens qui décident si nous aurons droit à des aménagements cyclables ou pas dans notre ville, notre région, notre vie.  Cette réunion publique est donc une très bonne occasion de se démarquer et de leur montrer que nous nous intéressons à ce qu’ils font.

Pour cela nous avons besoin de vous pour un accueil cycliste, de 18h10 à 18h30.  Le but est de venir le plus nombreux possible avec nos vélos, des gilets jaunes, nos sonnettes et notre banderole d’association : nous saluons gentiment les gens qui rentrent dans la salle et le premier qui voit Laurent Wauquiez à gagné. L’objectif est bien sûr de donner plus de poids à nos représentants qui sont dans la salle et qui essayerons de porter les trois points qui nous tiennent à cœur:

1 – Pourquoi construire seulement 1 650 places pour les vélos quand la fréquentation de la gare doit passer à 175 000 usagers par jour? Est-ce que cela signifie que la part modale prévue du vélo pour l’accès à la gare est de 1 à 2%? Pourtant les objectifs du plan de déplacement (PDU) sont de quadrupler l’usage pour passer à 8%. Si on n’a pas au moins 15% dans le quartier Part-Dieu, comment est-ce possible d’avoir 8% en moyenne dans le Grand Lyon?

Objectifs du PDU pour le Grand Lyon

Vue en coupe du projet. Le vélo n’est pas oublié (il faut bien le chercher : voyez vous la vélostation sur le plan?) mais ce qui est prévu est-il à la hauteur de l’enjeu de la mobilité de demain?

2 – Pourquoi l’étude « air et santé » conclut à un bilan défavorable sur le projet alors qu’élargir la gare, créer une vélostation favorise le vélo, qui induit de l’activité physique douce dont les bénéfices forts pour la santé peuvent être monétarisés de la même manière que les effets de la pollution atmosphérique? Ce point de méthodologie est capital car s’il n’évolue pas, les aménagements cyclables ne pourront jamais être jugés à leur juste valeur!

3 – Enfin nous tenons absolument à faire connaître le superbe potentiel de ce quartier pour devenir le 1er quartier d’affaire cyclable de France. Mais pour que ce potentiel soit exploité, il faut donner une suite à ce projet : il faut des axes cyclables de type « haute qualité – haute capacité » depuis Vaulx-en-Velin, Bron, le plateau du 5ème, etc. pour permettre à tous les voyageurs et travailleurs de converger rapidement, confortablement (contrairement à aujourd’hui) vers la gare, qui devient alors la véritable porte d’entrée de Lyon.

Nous vous attendons donc nombreux à notre accueil cycliste (18h10 devant la bourse du Travail). Si vous avez le temps n’hésitez pas à venir débattre ensuite (18h30-20h30).
Enfin, même si vous ne pouvez pas être là, n’hésitez pas à partager cet article et contribuer à la consultation publique sur internet!

 

Première vélorution régionale « À la recherche de la ViaRhôna »

COMMUNIQUÉ DE PRESSE – 18 AVRIL 2017

22 associations des agglomérations de Lyon, de St-Étienne, de Vienne et de Givors oeuvrant pour une mobilité plus propre, invitent à une première vélorution régionale « À la recherche de la ViaRhôna » entre Lyon et Vienne, le dimanche 14 mai, au départ du Parc de Gerland à 9h30.

Enregistrer l’événement Facebook ! C’est par ICI. 

Dans la bonne humeur, les cyclistes dénonceront le manque d’itinéraire cyclable entre les quatre agglomérations, en particulier sur la ViaRhôna dont la réalisation entre Lyon et Givors subit depuis plus de 15 ans, blocages, atermoiements ou indifférence incompréhensibles.

Cette Vélorution LGV (Lyon – Givors – Vienne) sera aussi l’occasion de célébrer la naissance de deux associations de promotion du vélo, Givors à vélo (à Givors) et Demain ad’Vienne (à Vienne), et d’affirmer les liens associatifs unissant les cyclistes de la région.

Ce rassemblement doit faire prendre conscience à la Métropole de Lyon, à la région Auvergne-Rhône-Alpes ainsi qu’à l’État des besoins et des manques d’aménagement de la ViaRhôna et des difficultés d’intermodalité (train + vélo actuellement limité). Les associations montreront qu’entre Lyon et Givors la sécurité des déplacements à vélo n’est pas assurée, que Givors manque de continuités cyclables, qu’entre Saint-Étienne et la vallée du Rhône, aucun itinéraire cyclable sécurisé n’est véritablement projeté et qu’enfin il est difficile de circuler à vélo à Vienne.

Mais en proposant leur propre itinéraire, les 22 associations proposeront aussi des solutions ! Lyon-Givors-Vienne, ce n’est pas que la ViaRhôna entre deux cités antiques, c’est aussi une voie moderne qui pourrait être pratiquée au quotidien, en proposant une alternative confortable, accessible, propre, voire ludique, à la voiture ! Alors, des citoyens utiliseraient quotidiennement et en plus grand nombre la ViaRhôna pour rejoindre Lyon ou en partir, des familles profiteraient de balades vélo le week-end et les touristes pourraient réellement rallier Genève à la Méditerranée.

Une ViaRhôna bien aménagée et interconnectée, c’est autant de personnes heureuses de respirer et de bouger que de voitures laissées au garage !

Le programme du dimanche 14 mai

9h00 – Parc de Gerland : rdv avec les média

9h30 – Parc de Gerland : départ

10h – Gare d’Oullins : pause

11h – Mairie de Vernaison : pause

11h30 – Bassin de joutes à Grigny : apéritif

13h – Parc Normandie-Niemen à Givors : pique-nique

14h30 – Parc Normandie-Niemen à Givors : départ

15h30 – Champ de mars à Vienne : arrivée

Contact :

Perrine Paris-Sidibe : perparis@yahoo.fr / 06 74 25 09 54

Laure Sahmaoui : laure.sahmaoui@gmail.com / 06 30 40 10 84

Marc Charroin : marc.charroin@gmail.com / 04 74 87 81 00 (après le 1/05)

Frédéric Rollet : frederic.rollet@cyclatitude.org / 07 68 10 96 15

Fabien Bagnon : fabien.bagnon@gmail.com / 06 59 12 75 89

Signataires :

AF3V (Association française pour le développement des véloroutes et des voies vertes), Atelier du Chatvperché, Change de chaîne, Cyclatitude (ex-Vélos & chemins de traverse), Demain ad’Vienne,  D’une rive àvl’autre à Vernaison, Givors à vélo,  Janus France, La Ville à vélo, La P’tite rustine, L’Écoclicot, Le Recycleur, Les Bikers, Lyon vélo, Ocivélo, Pignon sur rue, Planète vélo animation, Sauvegarde des coteaux du Jarez, Sauvegarde des coteaux du Lyonnais, Sauvegarde du pays Rhône Giers, Valve, Vélopole.

(débat, 1er décembre) jeudi de l’écologie : Se déplacer dans la ville de demain

Le règne de la voiture automobile individuelle touche à sa fin et les métropoles doivent s’adapter aux nouveaux usages et aux enjeux sanitaires. Changement climatique et pollution de l’air nous font repenser notre façon de nous déplacer. Comment la métropole de Lyon change sa façon de voir ? De quels modèles s’inspirer ? Venez en discuter à l’Alternatibar (126 montée de la Grande Côte – Lyon 1er).

Conférence – débat ouverte à tous !

En présence de :

Lorelei Limousin
(Réseau Action Climat)
(Représentant la Métropole de Lyon au Club des Villes et Territoires Cyclables)

Evénement Facebook 

 

Séance photo adhérents dimanche 27 novembre

Chers adhérents,

La Ville à Vélo est en train d’actualiser ses outils de communication (plaquettes, flyers, etc.)

À ce titre, nous aimerions mettre à contribution nos adhérents.

Nous souhaitons réaliser des photos de cyclistes avec leur fidèle monture dans des lieux emblématiques lyonnais. Du 1er coup d’œil nous souhaitons que les photos fassent référence à notre belle ville dans laquelle nous militons.

À tous les adhérents souhaitant participer à cette action, nous vous donnons rendez-vous dimanche 27 novembre 2016 à 15 heures, place Bellecour.

Venez entre amis, en famille, avec vos fidèles destriers révisés et conformes à la réglementation (éclairage, freins, etc.).

Ce sera l’occasion de vous tirer le portrait !

Les clichés pris serviront également de base de données afin d’alimenter notre compte Instagram.

Opération « Cyclistes Brillez ! »  2016 à  Villeurbanne et Lyon ! Et balade à Oullins.

Chères adhérentes, chers adhérents ,
Si vous avez une heure ou deux de libre le 7 novembre, entre 17 h 30 et  19 h 00, venez renforcer l’équipe « La Ville à Vélo-Villeurbanne », qui distribuera flyers et conseils auprès des cyclistes, afin qu’ils pensent à s’éclairer convenablement. Cette animation, initiée par la FUB , est portée par les associations cyclistes sur tout le territoire national . N’hésitez pas à contribuer à cet événement qui renforce la sécurité de tous !

Créée en 1980, la FUB, Fédération française des Usagers de la Bicyclette, est une association à but non lucratif. La FUB agit pour apporter des réponses concrètes aux préoccupations quotidiennes des cyclistes et promouvoir l’usage du vélo comme mode de déplacement quotidien, par la mise en réseau des associations locales, la concertation avec les pouvoirs publics, et des campagnes de communication grand public.

La FUB regroupe aujourd’hui plus de 230 associations (et antennes) de cyclistes urbains
dont bien sûr  la Ville à Vélo

Pour une voie verte cours d’Herbouville

Le cours d’Herbouville est cet « autre » quai de Rhône,  sinistre autoroute urbaine, méconnue de la plupart des Lyonnais alors qu’elle est située à seulement 700m de la place des terreaux.

Le cours d’Herbouville sera réaménagé très prochainement : 1 million d’euro sera utilisé pour augmenter la valeur de ce lieu à haut potentiel, embellir mais aussi faciliter les déplacements par l’ajout d’une voie bus et d’une voie verte permettant une meilleure circulation des vélos : rappelons qu’à Lyon 74% des déplacements sont effectués à pied, à vélo ou en bus.

Au terme de la concertation qui réunissait un large cercle de riverains et d’associations (dont La Ville à Vélo) La mairie du 4ème arrondissement et la métropole ont retenu un scénario ambitieux créant une voie verte entourée d’une forte présence végétale. Cette annonce a été fort appréciée par tous ceux qui souhaitent voir notre ville se tourner vers le 21ème siècle. Elle s’inscrit dans la lignée des plus belles réussites lyonnaises de ces dernières années, qui ont entre autre propulsé  notre ville  « meilleure destination d’Europe pour un weekend » après avoir été considérée comme une ville noire et froide pendant longtemps. Parmi les multiples exemples, celui des berges du Rhône est sans doute le plus éloquent. Le résultat positif se fait donc sentir sur notre cadre de vie mais aussi et surtout sur l’image, l’attractivité et in fine l’économie de la métropole.

quai-sarail-apresquai-sarail-avantLe même endroit exactement, en 2016 et en 2002. source rue89. On comprend bien pourquoi Lyon est une ville considérablement plus attractive qu’il y a 15 ans.

Aujourd’hui, cette décision est contestée par un « collectif de défense des usagers du cours d’Herbouville », qui trouve excessif la surface de parking ainsi convertie en espace de vie. Ils préfèrent un cours finalement très semblable à l’actuel où les piétons et vélos marchent, non pas sur une voie verte, mais une sorte de « voie de parking » entourée de 2 files de véhicules en stationnement.

cours-dherbouville-actuelEn haut : Variante « voie verte » proposée par la mairie et soutenue par la Ville à Vélo.
En bas : Situation actuelle, semblable à la variante « voie de parking » proposée par le « collectif de défense des usagers du cours d’Herbouville ».

En tant qu’association de promotion des déplacements actifs, nous estimons que la variante choisie par le maire est largement préférable : entre circuler entre deux files de portières qui peuvent à tout moment s’ouvrir en travers du chemin et circuler sur un large espace entouré de végétation, tout le monde préfère la deuxième option.

Rappelons également que les ouvertures de portières causent 20% des accidents chez les usagers du vélo et qu’une personne roulant à vélo à 15km/h suivi par une autre personne en voiture peut espérer au plus 10 secondes avant qu’un dépassement ne soit entrepris, même là où l’étroitesse de la voie ne permet pas le doublement dans le respect de sa sécurité. Pour ces deux raisons la variante « voie verte » permet des déplacements plus sûrs et plus sereins que la variante « parking » où piétons et usagers du vélo circulent entre les voitures à l’arrêt et les voitures en mouvement.

Nous comprenons les craintes de ce « collectif de défense des usagers du cours d’Herbouville » et nous connaissons les difficultés à stationner des propriétaires de voitures. Mais les études de trafic que nous avons tous vu lors de la concertation montrent bien que les habitants du cours ont besoin d’environ 150 places, que le projet conserve même en variante « voie verte ». Si le cours est actuellement saturé, c’est parce qu’il sert d’arrière cours aux habitants du 1er, de la presqu’ile, voir de Caluire, qui garent là à l’année des véhicules dont ils se servent peu ou pas. La saturation est aggravée par les visiteurs de Lyon qui se garent sur ces emplacements gratuits au lieu d’utiliser les parkings payants de l’Opéra et des Terreaux. Le passage en zone payante du cours d’Herbouville, prévu en même temps que le réaménagement, va décourager ces deux usages et libérer les places à l’unique profit des riverains du cours qui bénéficieront de l’abonnement résident et pourront se stationner plus facilement qu’actuellement car ce qui compte quand on veut se garer n’est pas le nombre de place totales, mais bien le nombre de places vides – et utilisables!

Et si l’on ajoute un point de vue de « long terme », avec 10 460 habitants au km², résoudre le problème du stationnement à Lyon ne passe pas par la transformation de tous les trottoirs en parkings. Au contraire, résoudre le problème du stationnement, c’est d’abord permettre à ceux qui le peuvent et qui le souhaitent de se déplacer sans voiture pour diminuer le besoin en véhicules.  C’est pourquoi nous disons « oui » au stationnement mais pas au détriment de la qualité de vie et surtout pas au détriment du confort de circulation à pied et à vélo. Nous enjoignons le collectif « de défense des usagers du cours d’Herbouville » à l’optimisme : les belles avancées des 15 dernières années montrent clairement une baisse du besoin en stationnement et laissent présager une sortie « par le haut » de la crise du stationnement, à condition que les efforts d’amélioration des cheminements piétons, du réseau vélo et de l’offre en transports en commun se poursuivent.

grand-lyon-frequentation-des-parkingsHistorique de fréquentation des parkings en ouvrage du Grand Lyon. La construction de places se poursuit tandis que le besoin en places ne cesse de diminuer : une bonne nouvelle pour tous les propriétaires de voiture de la métropole.

Personne ne sera donc lésé par le réaménagement, au contraire, les riverains du cours d’Herbouville sont les premiers bénéficiaires de cette amélioration de notre ville et de leur quartier en particulier. Nous espérons donc que que riverains, associations et municipalité parviennent à une solution qui reçoive l’agrément de tous.

Pour cela nous soumettons à tout le monde cette question : Que serait-il advenu si, il y a 11 ans, la pétition « contre la suppression de 2000 places de stationnement sur les berges du Rhône » avait obtenu gain de cause?

Chers lecteurs, soutenez avec nous David Kimelfeld, maire du 4ème (en écrivant à contact@lavilleavelo.org). Nous espérons qu’il tranchera en regardant vers l’avenir plutôt que vers le passé, et en fonction de l’intérêt général plutôt que des inquiétudes paralysantes.

Testez gratuitement l’AddBike (adhérents)

Dans le cadre du projet Addicyclette, projet qui a pour but de faire tester l’AddBike au plus grand nombre, la Ville à Vélo offre la possibilité à ses adhérents de tester gratuitement l’AddBike. C’est une création lyonnaise, raison de plus pour l’essayer !

 

Qu’est-ce que l’AddBike ? 



L'AddBike c'est quoi ?

 

La location est gratuite !


Oui c’est gratuit pour les adhérents de La Ville à Vélo et si vous n’avez pas déjà adhéré c’est à partir de 1€ seulement ! 

Seul pré-requis, avoir un vélo sur lequel installer l’Addbike (La Ville à Vélo vous fournit juste le châssis).

 

Un avis en contrepartie


La société Addbike a besoin de vos impressions pour continuer d’améliorer son produit : facilité de montage, qualité du produit, fonctionnalité, confort de conduite, etc.
Addbike vous enverra un formulaire de satisfaction.

 

Pour quelle durée ? 


La Ville à Vélo dispose de 2 Addbike avec box pro pour les 6 prochains mois (pas de box enfant pour le moment).
Vous avez la possibilité de les louer gratuitement pour quelques jours à quelques semaines, tout dépendra de la demande et des disponibilités.

 

Et si je veux juste essayer rapidement un Addbike ? 


Surveillez notre agenda pour profiter d’un essai rapide (sous réserve de disponibilité).

 

Alors, ça vous dit ?


Remplissez simplement le formulaire ci-dessous, nous prendrons contact avec vous dès que possible.

Apéro cyclo le mardi 25 octobre: save the date !

Lancement d’une nouvelle initiative de la La Ville à Vélo afin de fédérer nos amis cyclistes !

Le vélo est un art de vie, l’apéronomie aussi ! Pourquoi ne pas concilier les deux ?!

 

La Ville à Vélo vous propose un pot mensuel entre usagers de la petite reine afin de pouvoir échanger sur cette philosophie de vie !!

 

L’objectif est de papoter vélo, de mieux faire connaissance, qu’on fasse naître pourquoi pas de chouettes projets mais surtout qu’on passe un moment convivial !!

 

Si cette idée vous tente, La Ville à Vélo vous propose de se retrouver une fois par mois dans un bar afin de partager une petite mousse, un perrier citron (pour les + téméraires), des tacos…

 

Si cette idée vous enchante, participez !

 Début de la soirée à 19h00

Lieu de notre petite soirée: Elephant and Castle, 16 Quai de Bondy, 69005 Lyon.


Soirée ouvert aux adhérents, et non adhérents.

Evénément Facebook ici.

Stationnement sécurisé des vélos

Mini-hangar à vélo sécurisé à Grenoble. Image Caroline Thermoz-Liaudy.

Les voiries publiques du Grand Lyon offrent 400’000 places de stationnement pour les voiture. Presque 90% de ces places sont mises à disposition gratuitement. Les habitants du grand Lyon, qui possèdent pourtant 430’000 places dans leurs garages, peuvent donc aussi laisser leur voiture la nuit à proximité de chez eux.

A côté de cela, le Grand Lyon, conscient des qualités du vélo, nourrit de grandes ambitions pour ce moyen de transport. 10’000 arceaux vélo ont été installés dans les vingt dernières années et 1000 arceaux vélo seront installés chaque année jusqu’en 2020. Grâce à ce rythme ambitieux le nombre d’arceaux vélos rattrapera le nombre de places de stationnement voiture sur voirie dans seulement 390 ans.

rue du général Plessier lyon 2Une rue normale à Lyon.

Mais laissons cela. Parlons de quelque chose de beaucoup plus embêtant : un vélo laissé la nuit sur un arceau à une espérance de vie qui se compte en jours (ou plutôt en nuits). Rappelons que la majorité des immeubles ne possède pas de parking vélo et que ceux qui existent sont généralement inutilisables et donc inutilisés. Complétons en disant que 20% des victimes de vol ne rachètent pas de vélo et il devient évident que la présence de stationnement sécurisé (box vélo ou parkings avec contrôle d’accès) est une condition nécessaire pour que le vélo deviennent un moyen de transport « normal », touchant un public plus large que celui qui est prêt à accrocher son vélo dans son salon après l’avoir porté dans son escalier.

vandalisme arceaux véloArceaux vélos dans le quartier part-Dieu.

De telles places sécurisés existent dans le Grand Lyon, au nombre de 905 exactement. Elles sont accessibles sur abonnement annuel pour 35€/an. Elles sont toutes situées dans les parkings LPA dont elles occupent 0.3% de la superficie.

Les élus avec qui nous avons abordés la question de la quasi-absence de places sécurisées nous ont fait savoir que la question était intéressante, mais qu’ils avaient déjà fait le maximum. Faire plus (par exemple aller jusqu’à dédier 1% des parkings LPA) serait extravaguant.

Nous avons donc mené une petite enquête qui nous a menés aux confins du monde connu, à savoir à Grenoble. La métropole des Alpes y a installé depuis de nombreuses années déjà différents types de stationnement vélo sécurisé.

Parmi leurs essais, la solution qui nous parait la plus intéressante est un mini-hangar à vélo, venu tout droit de Hollande où on le trouve dans chaque rue depuis maintenant 40 ans. Les hollandais ont retenus cette solution pour les avantages qu’apporte le mini-collectif :

  1. Plus économe en place et en argent que des box individuels, l’abonnement est donc bon marché pour ses utilisateurs.
  2. Pas besoin de surveillance contrairement à un « grand » parking, il suffit juste au gestionnaire de donner une carte magnétique d’accès aux 5 abonnés (le support peut être la carte TCL ou la carte OURA).
  3. Facile à installer sur la voirie : long comme une petite voiture (et moins haut), en tassant un peu il se glisse en douceur dans une file de stationnement automobile.

Il faut donc mettre en œuvre cette solution partout où les logements collectifs ne disposent pas de stationnement vélo (c’est-à-dire partout). Nous devons convaincre nos élus d’autoriser quelques-unes de ces boites au milieu des files de stationnement des voitures.

Nous proposons de leur montrer ces installations en conditions réelles, à Grenoble, sur invitation de la métropole de Grenoble.

Bonnington square, LondresBonnington square, Londres

Mais avant cela, il faut les convaincre qu’il y a vraiment de la demande. Par exemple Monsieur Sansoz, adjoint aux déplacements du 2ème arrondissement, est inquiet à l’idée de se mouiller avec un « gadget » et à besoin d’être rassuré quant à l’utilité d’une telle mesure.

Quantifier le besoin est donc la première étape indispensable. Merci, chers lecteurs, de remplir ce formulaire si vous avez besoin d’un tel parking en bas de chez vous… et si vous êtes prêts à payer un abonnement (a priori entre 35€ et 50€/an) pour mettre votre vélo en sécurité.