Lettre à Monsieur le Préfet

Objet : Assurer la sécurité des cyclistes

Lyon, le 15 septembre 2020

Monsieur le Préfet, 

La pratique du vélo se développe à mesure que les conditions et le sentiment de sécurité progressent. Néanmoins, le stationnement sur les pistes ou bandes cyclables, le dépassement de vitesse, le refus de priorité, le dépassement à moins de 1 mètre, le non-respect du sas vélo, et dans certains cas, la violence verbale ou physique des automobilistes et conducteurs de poids lourds et 2RM vis-à-vis des cyclistes, génèrent un sentiment d’insécurité qui dissuade les Grands Lyonnais.es de la pratique du vélo. Le vol de vélo est lui aussi un frein majeur à la pratique du vélo, que nous n’évoquerons pas ici.

Notre association représente les cyclistes résidant dans la métropole de Lyon auprès de la puissance publique pour qu’elle traite le vélo comme un mode de transport à part entière, et intègre dans l’ensemble de ses politiques les besoins des usager·es de la bicyclette.

Notre courrier s’inscrit dans un contexte de tension croissant entre les cyclistes et les autres usager.e.s de la route. Nos adhérent.e.s nous signalent un nombre croissant d’agressions verbales et parfois physiques (le cycliste est généralement poussé.e ou bloqué.e sur le rebord de la chaussée par l’agresseur.euse) ; nous recevons environ un signalement par jour depuis la rentrée scolaire. Si certain.e.s souhaitent déposer plainte, ils/elles en sont généralement dissuadé.e.s par l’agent qui les accueille. Nous craignons pour la sécurité des cyclistes, qui sont particulièrement vulnérables sans carrosserie, et sollicitons votre intervention.

Par ailleurs, nous voudrions attirer votre attention sur plusieurs aspects de la relation entre les cyclistes et les agents de la Police Nationale :

Arrêt et stationnement sur les aménagements cyclables

Un tel arrêt ou stationnement contraint le·a cycliste à se reporter sur la voie de circulation générale, et à devoir s’insérer dans une circulation où la vitesse de circulation est très supérieure à la sienne. Cette situation devient encore plus dangereuse lorsque les limitations de vitesse ne sont pas respectées. Un automobiliste garé sur la bande cyclable a par exemple provoqué la mort d’une cycliste, déséquilibrée puis happée par un camion en août 2015 à Strasbourg.

Nous nous devons d’attirer votre attention sur l’arrêt et le stationnement des véhicules de la Police Nationale sur des aménagements cyclables lors d’opérations de contrôle de vitesse notamment ; ce stationnement ne nous semble pas être légitimés par des situations dangereuses ou d’urgence (cf photos diffusées sur le compte @prefetrhone le 9 septembre 2020), et ne répondent pas au devoir d’exemplarité auprès du grand public.

De façon générale, nous demandons que la Police Nationale empêche le stationnement,  l’arrêt, et la circulation, des, automobilistes et conducteur·trices de 2RM, d’utilitaires ou de poids lourds sur les bandes et pistes cyclables, ce qui inclut les couloirs de bus partagés. 

Propos tenus par le compte @PoliceNat69

Nous dénonçons les propos tenus sur le fil Twitter @PoliceNat69 le 11 septembre dernier, qui stigmatisent publiquement les cyclistes et justifient le stationnement de la Police Nationale sur un aménagement cyclable dans un contexte où l’état de nécessité ne semble pas caractérisé.  

Ce tweet n’est pas le premier à stigmatiser les cyclistes :

 

Certes, des cyclistes commettent des infractions, qui, parfois, les mettent en danger, mais le mettre ainsi en exergue est non seulement inadmissible, mais surtout contre-productif.  À l’échelle de la France, les cyclistes sont responsables de 44% des accidents dans lesquels ils sont impliqués, contre 63% pour les automobilistes (ONISR, Bilan de l’accidentalité de l’année 2018, p.102). 24 cyclistes sur un total de 42 sont décédé.e.s à Paris entre 2005 et 2017 lors d’un accident avec un poids lourd, le plus souvent lors d’un “tourne-à-droite”. 16 d’entre eux étaient des femmes, sur un total de 17 femmes cyclistes décédées sur la période. Sur le territoire de la métropole de Lyon également, plusieurs des accidents récents entraînant des blessures graves ou des morts de cyclistes impliquent des poids lourds tournant à droite (à l’angle du Pont Raymond Poincaré et de la grande rue de Saint-Clair à Caluire-et-Cuire le 3 décembre 2019, à l’angle de l’avenue Lacassagne et de l’avenue Félix-Faure le 11 octobre 2019). Nous croyons utile d’inciter les cyclistes à se responsabiliser mais leur faire porter la charge de leur (in-)sécurité sur la route n’a pas de sens.

Nous croyons aussi qu’une meilleure compréhension des cyclistes par les membres de la Police Nationale permettra une meilleure prise en compte des usagers du vélo dans l’ensemble de leurs missions, notamment lors des dépôts de plainte suite à des agressions, ou lors des opérations de verbalisation. Nous sommes bien entendu à votre disposition pour échanger sur les façons d’y parvenir. 

Vous pouvez compter sur notre entière collaboration et notre soutien pour contribuer à la sécurité de tous les résident.es de la métropole de Lyon. A cet effet, nous sollicitons l’organisation d’une réunion régulière avec vos services, dans le cadre d’une relation constructive et de confiance, et nous nous tenons à votre disposition pour échanger sur ces sujets.

Veuillez agréer, Monsieur le Préfet, l’expression de nos salutations distinguées.

 

Frédérique BIENVENUE

Nicolas FRASIE

Co-Président.e.s de La Ville à Vélo

One Comment

  1. Arlot

    Bravo. Il faut sensibiliser et ne rien lâcher. Le préfet connaît ces problèmes mais le courage politique est absent. Excès de vitesse, feux rouge non respectes. Quand on lache le velo pour la voiture et que l’on roule à 70 km sur le periph on se sent très seul ! Ah oui j’oubliais qu’on est en France…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.