Marche pour une Vraie Loi Climat

/ Actions

Le 28 mars à 14h, Lyon Climat, collectif d’associations lyonnaises dont fait partie La Ville à Vélo et qui avait organisé les différentes Marches pour le Climat de 2018 et 2019, organise à Lyon une marche pour une vraie loi climat.

La loi Climat-Résilience, issue des propositions de la Convention Citoyenne pour le Climat, doit être débattue à l’Assemblée Nationale à partir du 29 mars. Les premiers débats parlementaires sur ce projet de loi ne nous laissent pas très optimistes ! En effet, le mot vélo n’apparaissait pas dans le texte initial, sauf pour demander une durée minimale de disponibilité pour les pièces détachées des vélos vendus en France ! Rien sur le vélo en tant que mode de déplacement, rien pour faciliter et promouvoir son utilisation au quotidien.

Des amendements …

Suite à la publication du texte du projet de loi, les 150 conventionnel·les se sont réunis pour établir un bilan de leur travail et évaluer la façon dont le gouvernement a tenu compte de leurs propositions : le résultat est sans appel ! Le gouvernement obtient une note globale de 3.3/10 sur la prise en compte des propositions de la Convention, et une note de 2.5/10 sur l’efficacité estimée de la loi pour diminuer de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030. Concernant la thématique « Se Déplacer », la note globale est de 3.7/10 : pas de quoi décerner des lauriers !

Pour améliorer le texte, la FUB a initié une action de plaidoyer en vue de faire déposer des amendements par les députés dans l’objectif de :

  • Rendre le Forfait Mobilités Durables obligatoire et cumulable avec la participation de l’employeur à l’abonnement transport ;
  • Augmenter de façon conséquente le montant du fonds vélo destiné à créer de nouveaux aménagements cyclables ;
  • Modifier la prime à la conversion en une prime à la mobilité durable ;
  • Rendre effectif le déploiement du Savoir Rouler à Vélo ;
  • Donner aux maires la possibilité de limiter la circulation à certaines heures des poids lourds ne disposant pas de dispositifs de détection des angles morts ;
  • Favoriser l’apaisement des villes en modérant les vitesses (villes à 30 km/h)
  • Développer le stationnement vélo dans les parkings relais.

… Rejetés !

Nous avons participé à ce plaidoyer en rencontrant de nombreux et nombreuses député·es du Rhône. Mis à part ceux proposant de développer le stationnement vélo, tous les amendements déposés en lien avec ces thèmes ont été déclarés irrecevables, car considérés comme « sans rapport, même indirect, avec le texte » : ils n’ont donc pas été débattus en commission, et le seront encore moins en assemblée. M. Jean-René Cazeneuve, rapporteur général sur ce projet de loi, a même dit que « beaucoup a déjà été fait pour le vélo »…

Les député·es ont malgré tout encore la possibilité de déposer des amendements lors de l’examen de la loi en séance : cette manifestation du 28 mars est donc là pour leur faire entendre, haut et fort, que la loi, telle qu’elle est rédigée, ne permettra pas d’amplifier l’usage du vélo comme mode de déplacement, tout comme elle ne facilitera pas les déplacements en train, ni le fret ferroviaire, pas plus qu’elle n’empêchera pas l’implantation d’entrepôts de logistique (Amazon) ou luttera contre l’invasion de nos vi(ll)es par la publicité !

Manifestons !

Beaucoup de citoyens et citoyennes sont prêt·es à remettre en question leurs choix pour aller vers une vie plus sobre et moins consommatrice de ressources : la manifestation du 28 mars, organisée malgré le contexte sanitaire, nous permettra de l’exprimer collectivement.

Inscrivez-vous sur l’événement, complétez le formulaire pour vous proposer comme bénévole (encadrement de la manifestation, street-medic …), et surtout soyez présent·e le 28 mars à 14h (départ place des Terreaux) !